PRO VELO Genève demande de passer à la vitesse supérieure sur les grands projets

Communiqué de presse de PRO VELO Genève

Mobilité cycliste : PRO VELO Genève demande de passer à la vitesse supérieure sur les grands projets

PRO VELO Genève demande le déblocage des grands projets : Voies Vertes bloquées en rive gauche, Passerelle piétonne du Mont-Blanc, Aménagement opaque de Cornavin. L’association des cyclistes dénonce l’immobilisme des autorités sur des projets initiés il y a 10 ans mais toujours pas réalisés, et dont les financements risquent de tomber.
PRO VELO Genève demande que les autorités cantonales, municipales et de la CGN agissent pour lever les obstacles, trouver des solutions et réaliser ces projets de mobilité douce. Face à l’urgence climatique, alors que la COP 26 se réunit en ce moment-même à Glasgow, nous demandons des avancées concrètes, réelles et démocratiques.


Conférence de presse de PRO VELO Genève
Avec Louise Trottet, membre du comité, Olivier Gurtner, président et Christine Jeanneret, coordinatrice (© photo)

Une passerelle piétonne au point mort

PRO VELO Genève rappelle que le U cyclable sur la Rade et la promenade sur les quais ont besoin de la passerelle piétonne du Mont-Blanc, un projet signé Pierre-Alain Dupraz et lauréat du concours lancé… en 2012 ! Comme l’a souligné actif-trafiC, l’aménagement actuel du pont du Mont-Blanc impose aux cyclistes de traverser 7 fois la route pour passer de la rive droite à la rive gauche. Une absurdité. Pourtant, le projet est cofinancé par la Confédération, et soutenu par les parlements de la Ville et du Canton de Genève, qui ont déposé des textes en 2014, 2017 et une interpellation en avril 2021, restée sans réponse. Face au silence et à l’inaction, PRO VELO Genève appelle toutes les autorités concernées - y compris au sein de la CGN - à prendre enfin leurs responsabilités et trouver des solutions, et ce rapidement, car la passerelle doit être réalisée en 2025, sinon le soutien fédéral de 5 millions sera annulé.

Cornavin : un processus opaque et non-démocratique

PRO VELO Genève dénonce l’absence de respect des décisions du Conseil municipal par le Conseil administratif et le Conseil d’Etat dans le projet de Cornavin. Suite aux demandes de PRO VELO, d’ATE et de Mobilité piétonne, le Plan directeur de quartier (PDQ) de Cornavin devait être modifié pour intégrer deux axes cyclables continus, sécurisés et séparés au nord et au sud de la Gare, de même qu’une traversée piétons/vélos par le passage des Grottes. Malgré une unanimité en commission et une large majorité en plénière du Conseil municipal (automne 2020), aucune des modifications n’a été intégrée dans le projet validé par le Conseil d’Etat en mai 2021. Une interpellation a été déposée en juin dernier, suivie d’une question écrite en septembre dernier pour savoir où sont passées des modifications : à ce jour, aucune réponse, alors que le début des travaux est prévu pour 2022. PRO VELO Genève demande l’intégration au projet des amendements du Conseil municipal. L’association salue également le travail du Collectif 500, mobilisé pour le quartier des Grottes lourdement affecté par le projet, dont les revendications sont ignorées par les autorités.

Voies vertes à l’arrêt

La Voie verte d’agglomération est un succès, une réalisation qui attire de nombreuses personnes, piétonnes et cyclistes. Pourtant, le tronçon depuis la gare des Eaux-Vives jusqu’à Carouge et des Vernets jusqu’à la Bâtie restent au point mort. Pour le premier morceau, l’itinéraire et le projet semblent totalement bloqués. Pour l’autre partie, une première étude a été votée… il y a 10 ans, en 2011. PRO VELO Genève demande un coup de pédale sur ces tronçons rattachés au Projet d’agglomération 2, qui doit être terminé avant 2025 pour financement fédéral.  Si PRO VELO Genève salue l’avancement de la consultation et du projet de Voie Verte en rive droite, l’association s’étonne des très nombreux blocages et du temps perdu en rive gauche. Elle salue également le vote du projet sur le quai du Cheval Blanc, qui a dû être modifié significativement en commission et dont le budget a été voté en mars 2021.

Des blocages injustifiés devant l’urgence climatique

Face à l’urgence climatique, le réchauffement des villes et la multiplication des périodes de canicule, PRO VELO Genève rappelle que le vélo est un moyen de transport très écologique. Il est également soutenu par la population, puisque 83% de la population genevoise a voté pour l’inscrire dans la Constitution fédérale (2018) ; l’initiative 144, plébiscitée déjà en 2011 par les Genevoises et Genevois et dont la mise en œuvre n’est toujours pas acquise, tout comme la récente modification de la LCR en 2020, sont également des signaux clairs d’un soutien persistant au vélo à Genève et leur mise en œuvre est une évidence démocratique. La demande cycliste augmente, avec une croissance de 22% entre l’été 2019 et l’été 2020 et une forte progression à l’achat au niveau suisse (+24,4 % en 2020). En parallèle, le Canton de Genève a lancé un important plan d’investissements pour la transition écologique, de même que la Ville de Genève qui l’a inscrit comme deuxième objectif de législature. PRO VELO Genève appelle donc les exécutifs de gauche de ces collectivités à prendre leurs responsabilités et à débloquer enfin les projets de passerelle du Mont-Blanc, des Voies vertes et du PDQ de Cornavin.

Contacts :

Olivier Gurtner, président de PRO VELO Genève, tél. 078 734 33 29
Louise Trottet, membre du comité de PRO VELO Genève, tél. 078 669 63 08

Communiqué de presse (pdf, 120ko)

Revue de presse :

Projets PRO VELO bloqués, "les autorités doivent se réveiller", 20min, par David Ramseyer

PRO VELO somme les autorités de se réveiller, TdG, par Marc Moulin

L'association PRO VELO Genève demande le déblocage des grands projets de mobilité douce, RTS, le 12h30, par Raphaël Leroy

PRO VELO fustige l'immobilisme des autorités, Radio Lac, par Miguel Hernandez
PRO VELO réclame un coup de pédale, Le Temps, par Vincent Nicolet