PRO VELO Genve
 
Find us on Facebook
Entretien PDF Envoyer
Vendredi, 09 Septembre 2005 17:04
Les rois du freeride urbain
Les cyclomessagers romands s'illustrent aux championnats du monde de New-York.

Entretien avec Marc Egger.

Alors qu'en Europe, le Tour de France battait son plein, un championnat cycliste d'un tout autre genre a ébranlé le macadam new-yorkais. Le CMWC, championnat du monde des coursiers à vélo, a réuni début juillet des cyclomessagers de tous les continents. Trois Suisses s'y sont particulièrement illustrés : le bâlois Karl Stransky, vainqueur, le lausannois Raphaël Faiss, arrivé 3ème, et le genevois Marc Egger, qui a manqué le podium d'un seul cran. Ce dernier nous a raconté ses aventures dans la ville pionnière des cyclomessageries.

Comment se déroule une telle compétition ?
Au début de la course, chaque coursier reçoit un plan et un « manifeste » où il trouve toutes les courses qu'il doit faire. C'est à lui de décider de l'ordre des livraisons, en essayant de faire le moins de trajets possible. Il faut donc savoir rouler vite, mais aussi bien réfléchir à son itinéraire.

Et ça s'est bien passé pour toi, apparemment ?
Oui, mais je ne m'y attendais pas vraiment. En fait, j'avais toutes les raisons de penser que j'avais perdu pas mal de temps, lors de la course de qualification... A un certain poste, nous devions ôter une roue et présenter la valve de la chambre à air. J'ai ensuite voulu partir trop vite sans prendre le temps de bien regonfler mon pneu, donc c'était limite dans les virages. Et le plus drôle était à venir : on m'a volé mon vélo ! Au retour d'une livraison, j'ai vu quelqu'un s'enfuir avec, que j'ai heureusement réussi à rattraper. En fait, c'était un organisateur qui avait retiré le montant horizontal de l'échafaudage auquel
j'avais attaché mon vélo...
Un vol de vélo pendant la course ! Comme quoi, tout est bien conçu pour simuler la réalité du cycliste urbain...
La seule chose qui nous est épargnée durant la course, c'est le trafic new-yorkais, puisque la compétition se déroule dans une zone à l'écart de la circulation.

Est-ce qu'il y a des différences entre coursiers new-yorkais et européens ?
Alors que beaucoup d'Européens ont un super équipement, des dérailleurs dernier-cri, les new-yorkais roulent avec des vélos à pignon fixe, qui permettent d'aller en avant et en arrière comme les monocycles. C'est simple, c'est fun, mais ça ne t'avantage pas vraiment au démarrage... Mais plus que le matériel, je constate que les new-yorkais cultivent vraiment l'esprit coursier, c'est un véritable art de vivre, tout à fait à l'opposé de l'atmosphère qu'on peut retrouver dans les compétitions cyclistes traditionnelles où on se couche tôt le soir avant, et où on se rase les mollets !

Marc, je crois savoir que tu n'exerces pas seulement comme cyclomessager à Genève...
En effet, je suis médecin à l'hôpital cantonal, et dès l'automne, j'ai la chance de pouvoir travailler à 50%. C'est une qualité de vie que j'apprécie, et qui me permettra de consacrer plus de temps à tous mes autres projets...
... parmi ceux-ci, faire des courses
pour la Vélopostale !
Exactement ! Je pratique pas mal de sport, planche à voile, VTT, ski de randonnée... Mais être coursier me permet de toucher à une de mes grandes passions : rouler à vélo en ville. J'aimerais beaucoup qu'à Genève, on arrive à reconnaître que le vélo urbain est à la fois efficace et ludique.
Propos recueillis par Julie Barbey

Info de dernière minute: Marc Egger a fait 3ème aux championnats d'Europe à Bâle le week-end du 12 au 14 août!
Prochain rendez-vous pour Marc Egger et les cyclomessagers genevois: les championnats suisses qui auront lieu à Genève du 16 au 18 septembre, lors de la Semaine de la Mobilité. Une occasion unique pour admirer la maîtrise des coursiers suisses !

Le parc des Bastions se transformera, le temps d'un samedi, en une grande fête du vélo. Le public pourra y découvrir la course principale, où les concurrents devront arpenter les allées du parc à grande vitesse pour effectuer des livraisons fictives en un minimum de temps. Conjointement, auront également lieu un sprint, une compétition de dérapage en vélo à pignon fixe (le « Track Skid »), une compétition d'équilibre sur les vélos (le « Track Stand »), une compétition de tours en marche arrière (le « Backwards Cycling ») et une démonstration de vélo-polo.
Parallèlement le parc des Bastions sera un lieu de rencontres et d'échanges, de culture et de divertissements, sur le thème du vélo. Le public pourra assister entre autres à des concerts gratuits et à un diaporama de Claude Marthaler « 7 ans à vélo autour du monde » (le vendredi 16 septembre à 20h30 en open air sur le Mur des Réformateurs, entrée libre). Une zone « baby messenger » accueillera également les plus jeunes dans diverses activités ludiques et une grande fête clora le soir l'évènement.

En collaboration avec la Ville de Genève et la Semaine de la Mobilité, l'association Roue Libre est la grande architecte de cette fête du vélo. Formée de coursières et de coursiers à vélo de Genève, elle se veut non seulement un espace convivial pour les vélophiles, mais aussi une plateforme d'échange qui souhaite à l'avenir organiser d'autres évènements ludiques - voire provocateurs - autour du vélo.

Afin d'organiser nos championnats suisse de coursiers, nous avons besoin d'aide financière, mais également de bénévoles. Si vous désirez vous investir dans ce qui sera probablement le plus grand événement lié au monde des coursiers et du cyclisme urbain de Suisse, vous êtes au bon endroit !
 
© 2014 PRO VELO Genève - Association pour le vélo au quotidien
Joomla! is Free Software released under the GNU General Public License.